Accéder au contenu principal

Lettre à la garce qui sommeille en moi

Cet article est très paradoxal avec ce que tu as pu lire jusqu'à présent sur mon blog, et surtout avec les conseils que j'ai le culot de te donner. Mais cet article, j'ai besoin de l'écrire. J'ai besoin de parler de cette garce qui fait partie de moi depuis des années, et qui  me rappelle à chaque instants que j'ai trop d'imperfections physiques.  




Mais aujourd'hui, Lili, elle en a marre. Marre de faire comme si elle se sentait bien dans son corps, comme si elle se trouvait jolie, comme si elle aimait ses formes. Elle en a marre de se voiler la face, à cause de toi. Elle fait semblant, parce tu es cette pétasse qui lui rappelle tout les jours qu'elle est une fille complexée.

Elle ne t'aime pas. Elle te déteste. Mais évidemment, ça ne te viendrait pas à l'esprit de partir loin, et d'arrêter de lui pourrir la vie. Non, tu n'es certainement pas assez intelligente, je penses. Elle n'en peux plus de te voir t'acharner sur elle au lieu de lui tendre ta main, et de lui venir en aide. Tu sais ce que tu es ? Tu es une pétasse, mais pas que. Tu es arrogante, vicieuse, et tellement méprisante avec elle. Je crois que Lili, elle aimerait que tu crèves, tout simplement. Que tu disparaisses définitivement de sa petite vie. Mais toi, tu es toujours là avec tes grands airs, à la prendre de haut et à toujours vouloir prendre le dessus sur tout. Tu n'es pas Lili, non, tu es loin d'être elle. Toi, tu n'es que la petite pourriture qui sommeille en elle. Tu es celle qui lui pourrit la vie. Tout simplement. 

Lili, elle aimerait pouvoir se regarder dans un miroir sans se mettre à la recherche du moindre petit détail physique qui pourrait encore venir lui gâcher sa journée. Elle aimerait que tu arrêtes de la forcer à se comparer aux autres filles. C'est à cause de ça qu'elle ne s'aime pas. Elle trouve les autres tellement mieux. Tu sais, tu ne te rends peut-être pas compte, mais tu prends tellement de place dans sa vie qu'elle s'en rend malade. Parfois, elle aimerait avoir une hache pour pouvoir se couper tout ce qui la dérange, tout ce qui es de trop. Comme si elle n'était qu'un misérable petit bout de charcuterie. Pourtant, elle n'est pas grosse, mais à cause de toi, elle se déteste, comme si elle l'était. Tu lui rappelles que son visage est  trop bouffis, alors qu'on lui dit souvent que ses joues la rendent mignonne. Son ventre, elle l'aimait. Désormais, elle ne le trouve pas assez plat, parce que tu es venu lui mettre cette idée à la con dans la tête. Ses cuisses sont trop grosses, même si on lui dit que ces formes sont proportionnées et jolies. Elle n'ose plus regarder ses seins, qu'elle trouve ridicule et grossier, ni même ses fesses, qui sont beaucoup trop flasque. Elle n'aime rien chez elle, mise à part ses yeux et son sourire. C'est déjà ça, tu me diras, mais ça ne lui suffit plus. Elle aimerait s'aimer d'amour, tout court, et non pas s'aimer pour faire plaisir. Elle recherche toujours à cacher la misère, comme elle dit. Pourtant, au fond d'elle, elle écoute les gens qui lui disent qu'elle est jolie, elle se met ça dans la tête, et elle y croit, parce que ça la touche, et que ça lui fait plaisir. Ils la valorisent, alors elle se valorise aussi. Mais ça ne dure jamais. Tu fais ton grand retour, d'aussitôt, et tu reviens tout gâcher. Toi, tu ne comprends pas qu'elle aimerait juste se sentir en harmonie avec son corps, au contraire, tu lui en empêches, tout le temps. 

Par moment, elle arrive à te rappeler que tu n'es que le fruit de son imagination, que tu n'existes pas. Là, tu disparais, et elle ne se préoccupe plus de toutes ces broutilles qui l'emmerde. Mais je ne sais pas comment tu te démerdes pour toujours venir refoutre ton petit grain de sel. Tu n'apprécies sûrement pas le fait qu'elle essaie d'être plus forte que toi, c'est ça ? Mais lâche prise, laisse là tranquille. Elle n'en peux plus d'avoir peur du regard des autres, de leur jugements. Même quand elle fait des efforts, tu trouves le moyen de la rabaisser. Elle aimerait pouvoir se sentir belle dans les yeux de ce garçon. Même si il le lui dit, elle a du mal à le croire, parce que pour elle, ce n'est pas le cas. Elle aimerait pouvoir le voir sans se poser des questions et sans devoir faire constamment attention à chaque positions, à chaque mouvements, à chaque touchés,  de peur qu'un bourrelet ressorte un peu trop, ou de peur qu'il lui fasse une réflexion, tout simplement. Mais pour elle, vivre avec cette pression que tu lui fous n'est plus vivable. Tu ne comprends pas que ces complexes n'existeraient pas si tu n'était pas là ? Et puis en plus, tu lui rappelles que les garçons déteste les filles complexées, alors elle panique encore plus, et elle prend sur elle, elle ne dit rien, elle fait comme si elle se sentait bien, mais ce n'est pas le cas. 

Alors fout le camps d'ici. Arrêtes de pointer le bout de ton nez à chaque fois qu'elle commence à se sentir jolie aux yeux d'une personne, ou même à ces propres yeux à elle. Avec toi, il y a toujours ce petit truc qui ne va pas. Tu lui pourris la vie, et je suis sûre que toi aussi, tu en as marre de la voir si mal pour si peu. Tu ne préférerais pas la voir souriante, à s’empiffrer de chocolat s'en qu'elle ne culpabilise par la suite? La voir traîner dans les bars avec ses copines et boire de la bière, sans qu'elle pense au fait que son ventre va gonfler ? Tu ne préférerais pas la voir tout simplement heureuse grâce à toutes ces petites choses de la vie ? Le problème avec toi, c'est que tu sais que j'ai raison. Alors je te le demandes une dernière fois. Laisse la vivre une vie banale, laisse la manger à sa faim sans pleurer juste après, laisse la faire sa petite séance de sport, et si elle ne veut pas la faire parce qu'elle préfère regarder des séries en mangeant des bonbons, laisse la aussi. Je te demandes une dernière fois, de sortir définitivement de sa vie. Et à ce moment là, je te promets que je ne t'insulterais plus. 


Commentaires

  1. Wow, c'est toi la photo ? Tu devrais faire du modeling !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du modeling2, c'est quoi ? Sinon oui, c'est moi ^^

      Supprimer
  2. Tu dis que des bétises .... laisse moi ton snapchat pour voir si c'est vrai ce que tu dis dans le texte ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être...
      Ahaha, pas de snapchat

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre à ma plus belle étoile

C'est un jour spécial aujourd'hui. Nous sommes le 28 mai, et comme tu le sais, c'est la fêtes des mères. Malheureusement, beaucoup de personnes n'ont pas la chance d'avoir leur maman à leur côté en ce jour, et comme tout les autres jours de l'année d'ailleurs. Si tu me lis, tu sais que quand j'écris, ce n'est pas par obligation, mais seulement par envie, par besoin. J'ai le cœur serré, les yeux gonflés, la tête qui va exploser, mais j'ai besoin de m'exprimer, surtout envers elle, parce qu'aujourd'hui, c'est à elle que j'ai envie de m'adresser. 
"Ma jolie maman, 
Ça fait un petit moment que je songes à t'écrire une lettre, mais je trouvais l'idée un peu étrange, et surtout ridicule. Pourquoi écrire à quelqu'un qui n'auras sûrement jamais l'occasion de lire ces mots ?  J'en ai aucune idée, mais au moins, en t'écrivant, j'ai l'impression d'être à côté de toi, et de te parler,…

Maman, pourquoi tu es si différente ?

Je t'avoue que je ne sais pas trop où je vais, ni ce que je vais vraiment écrire dans cet article. Je m'excuse d'avance pour l'orthographe, et je m'excuse pour les personnes bipolaire qui liront cet article et si ces personnes là sont gênés que j'emploie le terme "maladie", mais pour moi, la bipolarité est une maladie.

Je t'ai déjà parlé de ma petite famille, mais j'ai toujours survolé celle que je nomme depuis le début, "Nanou". Mais aujourd'hui, tu vas enfin savoir qui elle est, parce qu'aujourd'hui est un jour très particulier pour moi. Nous sommes le 7 avril 2017, enfin, le 6, je sais, mais j'ai pris quelques heures d'avances... et bref, ça fait 3 ans, que ma maman nous as quitté. Et elle me manque terriblement.
Je n'ai jamais été comme toutes ses petites filles, qui prennent leur maman comme modèle et qui en parle comme ci elle était leur idole, le centre de leur monde. Moi, je n'ai jamais voulu ressemb…

Les copines d'abord. Ou pas.

J'ai envie de te parler d'une amie. Une amie que tu connais sûrement toi aussi. J'écris cet article parce qu'aujourd'hui, je suis persuadé que l'amitié peut faire autant de mal que l'amour. Cette amie m'a déçu, et fait beaucoup de mal. Et je suis presque sûre qu'elle t'as déçu à toi aussi à un certain moment de ta vie.
Cette amie, c'est celle qui t'avais promis de ne jamais te lâcher la main, quoi qu'il arrive. Même si le plus beau mec de la terre venait la demander en mariage.  AHHHH on y est, encore à cause d'un mec ! Et pourtant. Tu sais, je ne suis pas de ces filles qui se révoltent "LES COPINES AVANT UNE PAIRE DE COUILLES", non, absolument pas. Je trouve même cette phrase assez vulgaire très conne. Mais je ne suis pas non plus de celles qui se renferment dans ce cocon d'amour et qui ont tendance à oublier tout ce qu'il y a autour. Notamment leur copines. Moi, je suis de ces filles qui savent faire la part d…

Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Lili-menard sur Hellocoton

Facebook

Instagram