L'histoire du soir

À la maternelle, elle été la petite fille presque parfaite. Brune aux cheveux très long, naturellement bouclés, aux yeux vert voir parfois bleus. Elle avait beaucoup de copines, et beaucoup d'amoureux. À cet âge là, c'est connu. Toutes les petites filles ont L'AMOUREUX. Bon, elle, elle en avait trois. 


À l'école primaire, elle est devenue studieuse. Nulle en mathématique, mais bonne dans les autres matières. Rien de bien méchant. Ces années là, elle est devenue la petite pestouille.


Son entrée au collège a été une étape difficile à passer pour elle. Elle été différente. Elle a commencer à écouter un style de musique particulier, puis à adopter ce mode de vie, cette passion trop peu commune aux yeux des autres. On se moquait d'elle. Mais rien de bien méchant, à cet l'âge, on se moque de tout. Elle n'était pas bien moche, elle avait du charme, mais elle avait énormément d'acné, et en était horriblement complexée. Non pas parce que ça la gênée, mais parce que les gens n'arrêtaient pas de le lui faire remarquer. Elle avait en guise de peau un masque plein de boutons répugnant, et ce masque, ils aimaient l'appeler "la calculatrice". Les garçons regardaient sa meilleure copine. Et elle, on ne la regardait jamais. 

Elle ne s'aimait pas. Mais au lycée, elle a rencontrait L'AMOUREUX, et a enfin eu confiance en elle. Parce que oui, elle se sentait enfin jolie aux yeux d'un garçon. Lui, il la trouvait magnifique, avec toutes ses imperfections. Elle été plus épanouie, plus féminine, et plus apprêtée. Elle n'était plus la même personne. Mais les filles au lycée étaient encore plus méchante que celles du collège. Elle n'était plus la calculatrice, mais le pot de peinture. Toujours des choses à dire, toujours des remarques désagréables et qui font du mal. Elle a réussi à passer au dessus de tout ça, parce qu'elle n'était pas seule.

Elle a obtenu son bac, et a décidé de partir loin, de rencontrer de nouvelles personnes, dans un nouveau monde, son nouveau monde. Arrivé dans son nouveau lycée, tout le monde s'entendait bien avec elle. Elle était toujours la nana rigolote, joyeuse, et pleine de vie. Peut-être un peu trop. Peut-être qu'elle inspirait une image, une confiance en elle, un personnage que les gens n'appréciait pas, ou ne supportait pas. Au bout de quelques mois, elle s'est retrouver seule avec quelques copines, face à une bande de hyènes archarnées. Les insultes, les regards, la méchanceté gratuite, comme une impression de déjà vu. Elle voulait les faire taire. Elle s'est mise dans la peau d'une autre. Elle devenait plus hautaine, plus moqueuse, à son tour, et finalement, elle voulait montrer à ces nanas écervelées et trop peu ouverte d'esprit que peut-être qu'elles avaient raison, oui, elle était bel et bien la poufiasse sur laquelle elles adoraient radotée. 

Aujourd'hui, elle ne se reconnaît pas. Elle est toujours aussi drôle, toujours aussi pleine de vie, toujours aussi gentille. Mais elle n'a pas l'impression d'être elle-même. Elle a beaucoup eu mal. Beaucoup trop de larmes. Beaucoup trop de rejet de sa propre personne. Elle se force depuis quelques temps à être madame tout le monde. Elle s'inflige à mener une vie qu'elle ne veut pas mener. Elle n'arrive pas à assumer qu'elle est différente, non pas par son physique, mais par sa propre personne. Elle, elle rêve d'une vie qui n'est pas une vie qui entre dans la "norme". Mais pour elle, c'est sa norme. Elle en rêve, mais elle n'y arrive pas encore, parce qu'elle a peur de faire du mal aux gens qui l'aime, elle a peur d'être juger, d'être à nouveau mal regarder. Si elle n'avait pas eu tout ces regards mauvais sur elle durant toutes ses années, elle n'aurait pas peur d'être elle-même. Mais aujourd'hui, elle en a marre. Et aujourd'hui, elle l'a enfin décidé: Elle va mener la vie qu'elle souhaite, et elle va assumer la personne qu'elle est, et qu'elle a toujours été. Elle brise cette carapace qui pèse de plus en plus lourde. Elle va être heureuse, à sa façon. 





Commentaires